Quels sont les primes imposables ?

263

Vous avez reçu une somme importante et vous vous demandez comment va réagir votre pression fiscale ?

Lorsque vous recevez un bonus, un bonus ou une distribution de réserves , les conséquences économiques peuvent être importantes.

A voir aussi : Comment choisir son assurance professionnelle ?

définissant, en imposant, en optimisant l’imposition et la retenue à la source, contournons la question des revenus extraordinaires En .

A lire aussi : 1645 brut en net : calculer son salaire en net

Qu’est-ce qu’un revenu exceptionnel ?

La question des revenus exceptionnels reçoit non seulement une rémunération plus ou moins importante, mais est avant tout une question fiscale .

Il est donc important de se demander si les revenus que vous avez reçus peuvent être considérés comme tels à des fins fiscales , avec les conséquences qui peuvent entraîner une optimisation fiscale.

Par définition, les revenus peuvent être classés comme exceptionnels, à la fois par :

  • sa nature
  • sa quantité

Des revenus exceptionnels de par leur nature même

Tout d’abord, un revenu exceptionnel est exceptionnel de par sa nature, s’il n’est pas susceptible d’être gagné annuellement .

Si vous recevez une compensation dans le cours normal de votre activité professionnelle, il s’agit ne sont pas susceptibles de faire partie de cette liste.

Ce manque de qualification persiste même si votre travail vous apporte un revenu très variable d’une année à l’autre.

Quels sont les revenus que l’on peut qualifier d’exceptionnels par nature  ?

Salaires et traitements

Si vous recevez des traitements et des salaires en tant qu’employé ou fonctionnaire , certaines situations peuvent entraîner un certain revenu exceptionnel.

Ces rémunérations éligibles sont donc, par exemple :

  • des bonus supplémentaires pour des services exceptionnels,
  • les montants que votre employeur a versés pour vous dédommager des restrictions liées à l’exercice de votre activité professionnelle , en particulier pour un changement de résidence,
  • que les primes de départ volontaire, de retraite ou de retraite anticipée ,
  • la partie imposable de l’indemnité de licenciement ou de l’indemnité de licenciement convenue,
  • ou un paiement forfaitaire unique d’un petit montant de la pension de vieillesse dans le cadre d’un PERP.

Revenus de la terre

Si vous êtes propriétaire d’un ou plusieurs biens que vous louez chez nous (non meublés), vos revenus seront imposés en tant que revenus immobiliers.

Dans cette situation, les autorités fiscales signalent le caractère exceptionnel de deux types de situations :

  • les indemnités « sans porte »
  • le supplément de loyer qui résulte de l’attribution gratuite des installations à la fin du contrat de location

Mobilier pour revenus d’investissement

Vous pouvez réaliser des gains en capital mobiliers à partir de votre Réception d’investissements financiers :

  • produits de valeurs mobilières,
  • dividendes,
  • bons d’obligations,
  • les revenus d’un contrat d’assurance-vie,

Compte tenu du caractère exceptionnel de ces revenus, il s’agira par exemple de :

  • les revenus provenant de la vente des titres que vous détenez dans votre portefeuille par une société de capitaux
  • Produits d’investissement en titres réintégrés dans le résultat imposable au cours de l’année où l’exonération fiscale pour les contrats d’épargne à long terme a expiré
  • distributions de réserve , tant que ces revenus ne devraient pas être perçus annuellement et que le montant dépasse la moyenne du bénéfice net des 3 années
  • revenus de capitaux mobiliers liés au règlement (pour le remboursement total) précédentes de contrats d’assurance-vie (dans le cas de fiscalité)

Gains en capital transférables

Contrairement aux revenus des titres, cette catégorie de revenus comprend les gains en capital réalisés lorsqu’ils sont incités à vendre (désinvestissement).

Certains revenus de ce type peuvent être considérés comme exceptionnels.

Il s’agira par example de :

  • Gains en capital réalisés à la suite d’une vente avec le départ à la retraite du dirigeant de l’entreprise
  • une vente de l’ensemble du portefeuille,
  • le transfert de tous les droits sociaux qui composent l’instrument professionnel,
  • participations sans réinvestissement ultérieur dans des actifs comparables.

Retombées industrielles et commerciales (BIC)

Les BIC peuvent être considérés par leur nature même comme des revenus exceptionnels par les autorités fiscales, tels que :

  • la valeur ajoutée d’une entreprise
  • le niveau de Les taxes de vente qui ont été remboursées à la suite d’un litige juridique
  • Remboursements que les assureurs sont tenus d’effectuer en vertu d’une police d’assurance-vie souscrite par certains concessionnaires ou fabricants sous certaines conditions
  • certains gains en capital nets à court terme

Bénéfices non commerciaux (NBC)

Les gains exceptionnels dans la catégorie NLC sont les suivants :

  • les redevances perçues après l’attribution d’un prix de littérature
  • certains gains en capital nets à court terme

Pour information, une liste non exhaustive a été dressée par l’administration fiscale sur tous ces revenus pouvant être qualifiés de si extraordinaires.

Des revenus exceptionnels à leur niveau

Deuxièmement, pour attribuer ce que l’on appelle un revenu extraordinaire à son niveau .

Une exception, car ils dépassent le montant habituel de ce que vous recevez.

Quelle échelle devriez-vous envisager ?

Pour considérer un revenu exceptionnel dans son montant , il doit dépasser la moyenne des rémunérations perçues au cours des 3 dernières années.

Vous avez reçu une prime de 10 000€, ce qui porte votre revenu annuel à 80 000€ contre une moyenne de 70 000€ au cours des 3 dernières années. On peut supposer que c’est inhabituel en raison de sa hauteur.

Comment est calculé l’impôt sur vos revenus extraordinaires

Si vous êtes tenté par des revenus extraordinaires sans optimisation, ils seront imposés en fonction de leurs catégories :

  • au barème progressif d’impôt sur le revenu
  • qui impôt forfaitaire unique (PFU)
  • à un allégement forfaitaire (sur le PERP, par exemple, lors d’une sortie de capital)
  • ou les cotisations sociales et les impôts .

Concentrons-nous sur l’impôt sur le revenu dans cet article.

Pour l’explication, vous pouvez lire notre article : Comment déclarer des gains exceptionnels.

Le caractère progressif de votre impôt sur le revenu

En ce qui concerne le barème progressif de l’impôt sur le revenu pour tout ce qui a trait aux salaires et traitements, aux revenus immobiliers, au BIC ou même à la BNC, la difficulté réside dans la progressivité de l’ impôt.

En fait, l’impôt sur le revenu est calculé sur une échelle progressive allant de 0 à 45 % .

Plus votre revenu imposable est élevé, plus votre taux d’imposition marginal maximal peut alourdir vos impôts.

La perception d’un Le revenu signifie donc que vous modifiez plus ou moins votre part.

L’impact fiscal sur la collecte de ces nouvelles recettes peut donc être important.

Il est à noter que la composition de votre budget fiscal (mariage, PAC, personnes à charge,…) limite cette imposition progressive, mais cet avantage est limité par le plafond du quotient familial.

La contribution extraordinaire à des revenus élevés (CEHR)

Un point important à mentionner est la contribution exceptionnelle à des revenus élevés . (CHER).

En fait, cet impôt est calculé au niveau du budget fiscal et touche les ménages dont le revenu fiscal de référence est supérieur à :

  • 250 000€ pour une personne seule
  • 500 000€ pour un couple (marié ou pacsé) avec un impôt commun

Pour savoir si vous êtes concerné, vous devez comprendre ce revenu d’impôt de référence fait référence au montant net de vos revenus et gains en capital qui ont été retenus pour déterminer l’impôt sur le revenu, plus certains frais.

Vous ne devez donc pas tenir compte de vos réductions d’impôts et de vos crédits.

Cette contribution est équivalente à :

Fraction des recettes fiscales de référence Tarif applicable
Si vous êtes célibataire, veuf, séparé ou divorcé Si vous êtes en couple, vous êtes soumis à une imposition conjointe
… inférieur ou égal à 250 000€ 0 % 0 %
… entre 250 001€ et 500 000€ 3 %
… entre 500 001€ et 1 000 000€ 4 % 3 %
… plus de 1 000 000€ 4 %

Donc, si vous êtes d’une manière inhabituelle revenu, cela a un impact sur le calcul de votre impôt sur le revenu , mais également sur la contribution exceptionnelle à des revenus élevés.

Selon le montant de votre rémunération et la composition de votre ménage, vous pouvez être soumis à la CEHR ou changer de tranche avec un taux de cotisation plus élevé.

Compte tenu de tous ces éléments, le fait de percevoir des revenus exceptionnels, comme vous l’avez compris, peut entraîner des impôts élevés pour l’année où ils sont perçus.

Un exemple pour comprendre l’impact de ce revenu exceptionnel

Prenons le cas d’une personne seule qui touche un salaire de 50 000€ par an.

exceptionnel, elle a également reçu une prime de service exceptionnelle de 70 000€ À titre .

Revenu brut perçu : 50 000€ (salaires) 70 000€ (prime exceptionnelle) Revenu brut total : 120 000€ (imposés dans la catégorie Salaires et traitements) Revenu net total : 108 000€ (10% de réduction de salaire et de salaire (hors coûts réels))

Calcul de l’impôt sur le résultat hors revenus exceptionnels : 7 506€ (TMI à 30 %)

Calcul de l’impôt sur le revenu de l’année au cours de laquelle le bonus : 30,199€ (TMI à 41 %)

Sans optimisation de la prime collectée , la charge fiscale sera importante dans cette situation, soit plus de 32 % du nouveau montant collecté.

Toutefois, dans cette situation, il est possible d’optimiser votre fiscalité.

Des solutions pour optimiser l’imposition des revenus exceptionnels

Après avoir fait vos calculs, vous vous rendez compte que votre impôt sera très important.

Cependant, il existe des solutions pour réduire votre charge fiscale . Ce sont les suivants :

  • le mécanisme du quotient
  • Adoucir la contribution extraordinaire de la CEHR

Il est à noter que le mécanisme de propagation précédemment coexistant n’existe plus.

Limiter l’impact fiscal des recettes exceptionnelles : le système de ratio

Le système de quotient est un moyen de réduire la pression fiscale due au recouvrement exceptionnel ou différé des recettes .

Ce mécanisme ne vous permet pas d’être soumis à une imposition excessive en raison d’une forte progressivité fiscale (par exemple, passer d’un IMT à 30 %, généralement à 45 % en une seule année).

Comment fonctionne le système de quotient ?

Afin de limiter cette forte progressivité fiscale et donc votre charge fiscale, vous pouvez, si vous êtes éligible, à partir de système de quotient de profit .

Mathématiquement, ce mécanisme consiste à augmenter votre revenu habituel d’un quart (¼) de revenu extraordinaire, puis à multiplier par 4 l’impôt supplémentaire correspondant à ce nouveau revenu.

Les conditions qui doivent être remplies pour bénéficier du système de quotient

Comme nous avons pu vous le dire plus tôt dans cet article, un revenu exceptionnel peut être son montant et sa nature.

Pour appliquer le mécanisme du quotient, votre rémunération doit être un revenu exceptionnel, tant dans son montant que dans sa nature .

Si ces deux conditions ne sont pas remplies, vous ne pourrez pas utiliser cette option.

Un point important à garder à l’esprit est qu’en raison de leur nature, certains revenus peuvent être exceptionnels, quel que soit leur montant.

Par exemple est-ce que ce sera une question de :

  • une prime de sortie volontaire
  • une prime ou une compensation pour un changement d’emploi payée par l’employeur
  • une prime de redondance
  • une pension ou une retraite anticipée
  • compensation spécifique pour les bris classiques
  • ou la déduction en capital de certains produits de pension.

Cette liste est bien entendu complète, il est conseillé de la relire attentivement pour voir si votre situation peut y être référencée .

Notez que les revenus différés peuvent également être pris en compte pour le quotient, quel que soit le montant.

Voici quelques exemples de revenus différés :

  • des rappels concernant le salaire,
  • arriérés de loyer,
  • certaines compensations qui ont été versées à titre d’indemnisation

Comprendre la valeur du système de quotient

Pour comprendre l’impact de ce mécanisme , revenons à notre exemple.

Une personne seule touche généralement un salaire de 50 000€ et une prime exceptionnelle de 70 000€.

Pour calculer les effets du système de quotient, cela se fait en 4 étapes .

:

  • Vérification de l’éligibilité
  • le calcul de l’impôt hors revenu exceptionnel
  • le calcul de l’impôt sur les revenus extraordinaires
  • Comment calculer la taxe à payer

Voyons d’abord si ce bonus est éligible au système de quotient.

Revenu brut perçu : 50 000€ (salaires) 70 000€ (prime exceptionnelle).

Revenu brut total : 120 000€ (imposés dans la catégorie des salaires) et salaires).

Bénéfice net total : 108 000€ (réduction de 10 % des salaires et traitements (hors coûts réels)).

Bénéfice net :

  • Salaire « ordinaire » : (108 000 x 50 000) /120 000 = 45 000€
  • Prime pour service exceptionnel : (108 000 x 70 000) /120 000 = 63 000€

Ce bonus peut être considéré comme un revenu exceptionnel en même temps :

  • par nature ;
  • par son montant car 70 000€ > 45 000€ (moyenne du revenu des 3 dernières années).

La prime est donc éligible au système de quotient .

Dans un deuxième temps, nous calculons le montant de l’impôt sans revenu exceptionnel.

Calcul du revenu net imposable total : 45 000€ (réduction de 10 % des traitements et traitements (hors dépenses réelles)).

Calcul de l’IR hors revenus exceptionnels : 7 506€.

montant d’impôt 1 = 7 506€.

La troisième étape

Prime nette : 63 000 euros (réduction de 10 % des traitements et traitements).

Montant du quotient : 15,750€ (63 000€ x 1/4).

Revenu net imposable total : 60 750€ (45 000 € 15 750€).

Calcul de l’IR avec le quotient (1/4 du résultat net extraordinaire) : 12 230€.

Montant de la taxe 2 = 12 230€.

Quatrième étape

Montant d’impôt supplémentaire : 18 896€.

Montant de la taxe 3 = 18,896€.

Cinquième étape

Montant de l’impôt dû par le contribuable (avant escompte, escompte ou crédit d’impôt) : 26 402€ (7 506 € 18 896€).

Remarque : Sans l’utilisation du système de quotient, le contribuable aurait dû payer un impôt de 3 199€ ou 3 797€ d’épargne.

Limiter l’impact fiscal de la contribution exceptionnelle aux revenus élevés (CEHR)

Comme dans annoncé dans cet article, vous serez responsable de la contribution exceptionnelle à des revenus élevés, communément appelée CEHR, si vous percevez un revenu substantiel (plus de 250 000€ pour une personne seule ou 500 000€ pour un couple).

Si vous n’en êtes pas normalement affecté et que vous passez du côté du cotisant en facturant une prime, les implications fiscales qui en résultent peuvent entraîner de la frustration.

Pour éviter de mettre en place un mécanisme de lissage.

Pour en bénéficier, vous devez remplir les 3 conditions suivantes :

  • Votre revenu fiscal de référence pour l’année d’imposition (N) doit être supérieur à 1,5 fois le revenu fiscal de référence moyen (RFR) pour les années N-1 et N-2.
  • Vos RFR pour les années N-1 et N-2 étaient inférieurs au seuil de 250 000 ou 500 000€
  • Vous devez être dans les 2 ans précédents impôt (N) pour plus de la moitié de vos revenus provenant de sources françaises ou étrangères du même type que l’impôt sur le revenu inclus dans la composition du RFR.

Si ces conditions sont remplies, le mécanisme de lissage est automatiquement appliqué .